imgres

Je comprends maintenant le succès de Millenium. Au début, il n'était pas évident. Même si l'enquête du premier tome était prenante, son originalité ne permettait pas d'expliquer l'engouement général pour la trilogie. Le tome 2 quant à lui relève plus d'une focalisation sur un personnage précis, à savoir Lisbeth Salander, et d'un perpétuel jeu de cache cache avec les autorités. Même si on en apprend plus sur le personnage, elle reste une ombre et c'est paradoxalement dans ce tome qu'elle est le plus absente. Au contraire, le troisième tome remplit parfaitement sa fonction de DERNIER tome. Ici toutes les pièces du puzzle tombent et s'agencent, rien n'est laissé au hasard, chaque fil est dénoué. Plus procédurier, plus administratif, La Reine dans le Palais des Courants d'air est mon tome préféré indéniablement. J'avais vraiment eu une réserve quand aux deux premiers, mais ici, les enquêtes menées en parallèles, les points de vue qui s'alternent avec rapidité, si bien que le roman n'est jamais loin à portée de main :)

Je ne sais pas si c'est le fait de s'être habitué à l'univers de Stieg Larsson, mais les faiblesses que je lui reconnaissais deviennent ses charmes, les marques de son monde bien à lui : des phrases-tics, qui reviennent systématiquement à des situations précises, des expressions, des gestes, des canevas de descriptions. Au final, c'est véritablement un univers fascinant et très attachant qu'on quitte avec un pincement au cœur.

J'ai adoré découvrir le pays à travers ce roman, et plus largement cette trilogie. Au début il est très aisé de se perdre complètement dans les noms de rues alambiqués et les patronymes, c'est un véritable enfer ! Les trajets que l'on nous détaillent ne nous disent absolument rien, mais finalement ça ne doit pas être le but de l'auteur que de nous renseigner sur le parcours précis empruntés par les personnages pour se rendre à tel endroit; cela permet de FAIRE VRAI, à savoir donner la parfaite illusion du réel. Et le lecteur n'a qu'à bien s'accrocher ! Car le roman étant mené à un rythme haletant, tout va très vite, les réactions sont immédiates, les coups de volant brusques !
Mais surtout, on découvre la partie immergée de l'iceberg, à savoir la Säpo, police secrète de la nation. Une vingtaine de page nous plonge dans les catacombes de ce fourbis, à travers la présentation d'Evert Gullberg, personnage que j'ai beaucoup aimé de par ses réactions, son calme, son sens du devoir suranné et sa volonté à finir un travail qui est condamné. Sa douce folie aussi me l'a rendu un peu pathétique mais quand même digne d'un grand respect. Mais je m'égare. La Säpo est un organisme incroyablement grouillant et c'est d'un ton relativement neutre, même si cela se fit à travers une expérience personnelle, qu'elle nous est présentée, en revanche la Section (SAS) est tout bonnement un trou à rats, à rongeurs aux yeux rouges hargneux et au cerveau de la taille d'un grain de sable. Mais surtout à la folie pathologique. SPOILERS. C'est elle qui s'est octroyée la gestion de toute affaire touchant à Alexander Zalachenko, le transfuge russe, ancien du GRO, véritable bombe diplomatique tombée en Suède et étouffée par ces agents. Accessoirement père de Lisbeth Salander aussi, ce qui fait d'elle une menace dans le fragile équilibre instauré par la Section. Si elle parle, les dégâts seraient irrémédiables. C'est pourquoi lorsque fillette elle tente d'assassiner son père, la SAS tire profit de sa personnalité hors normes pour la faire interner et la mettre définitivement hors d'état de nuire. Mais l'affaire ressurgit quand le premier maillon de la chaîne enserrant le secret éclate. Dag Svensson et Mia Bergman marquent le commencement des fouilles archéologiques au sein d'une affaire pourrie et répugnante. Les personnages du camp de Lisbeth n'auront de cesse de mener a bien le procès qui se tiendra bientôt, dans lequel toute l'affaire sera enfin jugée, et la liberté de la jeune femme peut-être enfin rendue. Certains personnages, notamment Fredrik Clinton, ont des allures de savant fou, de vieux reliquats d'une époque finie revenu de la tombe pour boucler le sale boulot et enterrer l'affaire. Wadensjöö en vrai imbécile est aussi délectable, et les frères Nikoliç sont tout bonnement effrayants. FIN DES SPOILERS.

19468117

Si déjà l'on admettait que le nombre de personnages était hautement satisfaisant, Stieg Larsson nous entraîne ici dans un véritable jeu de masque, où une foule de nouveaux viennent se joindre. Heureusement le lecteur n'est pas abandonné dans ce tumulte de noms imprononçables, mais le contexte dans lequel le personnage à été découvert, son nom entier, sa fonction, et ses relations sont dûment rapportées, jusqu'à ce qu'il devienne familier. Une fois que tout le monde est en place, c'est tout bonnement du pur bonheur. On suit les uns puis les autres, on saute d'un endroit à l'autre, d'une situation en crise à une situation désespérée, d'un accès de rage à la démonstration de la folie. On bondit dans le temps et dans l'espace. Et tout se recoupe, tout est lié, ce qui fait que le lecteur n'a pas une seule histoire en tête, mais des multitudes qui lui viennent de chaque protagonistes ; en effet, chacun a sa vision de l'affaire, ses intérêts et sa fonction, comme ses propres relations, qui l'influencent grandement. Parmi eux, j'ai tout particulièrement apprécié Rosa Figuerola et Torsten Edklinth, dont le rôle très important et imposant ne les empêchent pas de se montrer très humains, compréhensifs et drôles ! Même à leurs dépends ^^ Évidement, Mikael Blomkvist a encore une part très active dans l'affaire, part qui rappelle l'affaire Wennerström (tome 1). Erika Berger a elle aussi ses propres problèmes, qui se traduisent par des difficultés d'intégration allant jusqu'à du harcèlement sauvage à son nouveau poste de rédactrice en chef de SMP; ce qui mettra en scène Suzanne Linder, personnage très sympathique, de la société Milton Security, bien connue des lecteurs de Millénium. L'avocate Annika Giannini, qui représentera Lisbeth au procès, procès dument prépare pendant les trois quart du roman, se révèle brillante de repartie et de vivacité. Si avant elle faisait office de "sœur de Mickael", ici on lui reconnaît un nom et une personnalité surprenante et dynamique. Salander pour sa part reste fidèle à elle même et c'est tout ce qu'on lui demande, car son personnage déjà très exploité dans La Fille qui rêvait d'une allumette et d'un bidon d'essence, ne pouvait se permettre d'accroitre une originalité déjà à la limite de l'entendement !  Non là, ce qui intéresse, ce sont ses agissements face à la situation, sur le fait, en plein action, comme ses talent de hacker stupéfiants et excitants. Les échanges fusent via ICQ le réseau social, des trames sont élaborées, des stratégies avancées. Et place à l'action ! Bien sur, l'affaire ne suffisait pas à Stieg Larsson, il y inclut aussi les propres affaires des personnages, doit il pour cela remonter des années en arrière ! Mais pas de panique, c'est tout aussi prenant ;) A côté de tous ces personnages gravitant dans un cercle plus intime, on trouve les policiers de Stockholm, très attachants, tour à tour complètement perdus, ou très efficaces, mais en tout cas détenant des informations clés qui menera à la corruption. 

Le côté obscur recèle de couloirs sombres et de rencontres douteuses au sein de la Säpo. Chacun a sa place, aucun n'est passif; le récit se découpe en paragraphes dans des chapitres courant sur une date déterminée, tout ceci organisé en 4 parties : Rencontre dans un couloir, Hacker Republic, Disc Crash, Rebooting System, clôt par l'épilogue. Les intitulés prennent tout leur sens au fur et à mesure, et conviennent parfaitement ;)  chacun est un gage d'une nouvelle phase de ce palpitant bouquin.

Finalement...cette trilogie frappe par son originalité, mais pour pleinement l'apprécier, le lecteur doit se plonger dans les trois tomes; sinon il restera sur sa fin et sera frustré. Les trois tomes se complètent et sont indispensables les uns aux autres, pour au final nous donner un merveilleux moment de lecture. 

Plaisir de lecture : 10/10

Plaisir de lecture de la trilogie Millenium : 9/10