06 septembre 2011

Chanson d'Automne...

  Les sanglots longsDes violonsDe l'automneBlessent mon coeurD'une langueurMonotone. Tout suffocantEt blême, quandSonne l'heure,Je me souviensDes jours anciensEt je pleure;Et je m'en vaisAu vent mauvaisQui m'emporteDeçà, delà,Pareil à laFeuille morte.   Paul Verlaine (1844-1896)
Posté par -Perrine- à 19:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 juillet 2011

Un poème...

  La Voix  «  Mon berceau s'adossait à la bibliothèque, Babel sombre, où roman, science, fabliau, Tout, la cendre latine et la poussière grecque, Se mêlaient. J'était haut comme un in-folio. Deux voix me parlaient. L'une, insidieuse et ferme, Disait: «La Terre est un gâteau plein de douceur; Je puis (et ton plaisir serait alors sans terme!) Te faire un appétit d'une égale grosseur.» Et l'autre: «Viens! oh! viens voyager dans les rêves, Au delà du possible, au delà du... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 19:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
12 mai 2011

Une nouvelle découverte ....

Le soir, à la campagne, on sort, on se promène,  Le pauvre dans son champ, le riche en son domaine ; Moi, je vais devant moi ; le poète en tout lieu Se sent chez lui, sentant qu'il est partout chez Dieu. Je vais volontiers seul. Je médite ou j'écoute. Pourtant, si quelqu'un veut m'accompagner en route, J'accepte. Chacun a quelque chose en l'esprit ; Et tout homme est un livre où Dieu lui-même écrit. Chaque fois qu'en mes mains un de ces livres tombe, Volume où vit une âme et que scelle la... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 18:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 mai 2011

Quelques poèmes que j'apprécie beaucoup...

  .... de Victor HUGO Pendant que le marin... Pendant que le marin, qui calcule et qui doute Demande son chemin aux constellations ; Pendant que le berger, l’œil plein de visions, Cherche au milieu des bois son étoile et sa route ; Pendant que l’astronome, inondé de rayons, Pèse un globe à travers des millions de lieues, Moi, je cherche autre chose en ce ciel vaste et pur. Mais que ce saphir sombre est un abîme obscur ! On ne peut distinguer, la nuit, les robes bleues Des anges frissonnants qui glissent... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 10:44 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,