12 août 2012

The dark knight (Christopher Nolan)

J'ai dû bien réfléchir avant de pouvoir me prononcer quant à ce film, puisqu'il s'agit quand même d'un monument du cinéma. Tant vanté, tant aimé. Pure merveille, meilleur film... Et moi qui, après l'avoir vu, reste sceptique. Cet entre deux dans les sentiments, le fait de ne pas savoir comment réagir...je déteste ça, car il m'est impossible de mettre des mots sur mon ressenti. Alors...même si mon avis ne compte pas tellement il est insignifiant, que la Terre ne s'arrêtera pas de tourner si je me décide, j'ai quand même un léger... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 18:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

07 août 2012

Auprès de moi toujours, Kazuo Ishiguro

Me voilà rentrée :) en attendant de rentrer chez moi dans le Sud, et de trier les photos, voilà quelques romans que j'ai lu sur place... Ok, on m'avait prévenu, et les nombreuses critiques sur les blogs littéraires ne laissaient pas de place au doute. Auprès de moi toujours n'est pas un livre facile, ce n'est pas un coup de cœur, ce n'est pas un livre doudou, un livre insouciant qui traîne sur votre table de chevet pour au grès des envies en relire des passages. Auprès de moi toujours est un roman émouvant, âpre, dur, sincère,... [Lire la suite]
17 mai 2012

1984, Georges Orwell

Les professeurs ont un don inné pour perturber les élèves. Inlassablement, les jours s'égrènent vers les épreuves de la fin de l'année, en l'occurrence bac français et histoire-géo pour ma part. Sont-ils eux-mêmes tendus à l'approche de ces examens, souhaitent-ils faire réagir des élèves qui jusque là n'ont que peu montré de signes de réflexion plus poussés que le calcul du nombre de minutes les séparant de la fin de l'heure, ou prennent-ils un malin plaisir à nous torturer, la réponse est multiple. Toujours est-il que, empoisonnée... [Lire la suite]
25 janvier 2012

En attendant Godot, Samuel Beckett (prix Nobel 1969)

Tout le monde connaît ce classique du théâtre de l'absurde, mais quant à l'avoir lu, et en entier, c'est différent. Après tout, il ne s'y passe rien. Les deux vagabons, Vladimir et Estragon, errent sur le plateau et répètent inlassablement les mêmes gestes, puis sont rejoints par Pozzo et son esclave Lucky. Ils restent au même endroit, au bord d'une route plantée d'un arbre, et attendent Godot en vain. Si le texte est très facile d'accès, l'interprétation est multiple : vide de l'existence humaine, espoir vain, solitude de... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 12:59 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 novembre 2011

Paola, Vita Sackville-West

Oui, de retour en Angleterre, le froid de l'Islande (à tous les sens du terme) m'a un peu perturbée ; mais tout de suite après la LC du 23, j'y retourne, je ne me laisse pas faire aussi facilement ! A lire comme ça, cette simple phrase, on pourrait croire que je suis une habituée des aéroports ! C'est la magie des livres ;-) L'auteur : Vita Sackville-West, écrivain anglaise née en 1892 et morte en 1962 était une amie intime de Virginia Woolf (Ca, c'est une référence !) (V.S-W offrit un épagneul à V.W., que l'on peut voir dans... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 21:50 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 novembre 2011

La femme en vert, Arnaldur Indridason

Ainsi je continue ma virée nordique ; mais cette fois-ci, ça a été un peu plus rude : ce policier baigne dans une atmosphère, une Islande sombre, froide, hostile, où des souvenirs pèsent. Erlendur Sveinsson, l'enquêteur d'Arnaldur Indridason, est chargé de l'enquête. C'est un personnage complexe, en quête de lui-même, un peu déboussolé. Lui aussi porte de lourds secrets qui l'entravent dans le présent : il ne sait plus où il en est avec son ex-femme, avec ses enfants, quasi étrangers. Quand sa fille Eva Lind le sollicite, il... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 11:16 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

30 octobre 2011

L'Etranger, Albert Camus

Je viens de tourner la dernière page d'un roman pour le moins étrange. Peut-être est-ce dû au fait que le style est à l'opposé de celui de Simone de Beauvoir (découvert récemment), toujours est-il que je n'ai pas été touchée par ce roman, pourtant présenté comme un classique incontournable. Le style est froid, distant ; seules les actions sont rapportées. Ecriture "blanche", écriture rigide.  "Aujourd'hui, Maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J'ai reçu un télégramme de l'asile :"Mère décédée. Enterrement demain.... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 18:48 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : ,
26 octobre 2011

Un grand changement commence parfois par un murmure

LA COULEUR DES SENTIMENTS Dans la petite ville de Jackson, Mississippi, durant les années 60, trois femmes que tout devait opposer vont nouer une incroyable amitié. Elles sont liées par un projet secret qui les met toutes en danger, l’écriture d’un livre qui remet en cause les conventions sociales les plus sensibles de leur époque. De cette alliance improbable va naître une solidarité extraordinaire. À travers leur engagement, chacune va trouver le courage de bouleverser l’ordre établi, et d’affronter tous les habitants de la ville... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 23:10 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
13 septembre 2011

Trois contes philosophiques...

... composés de Histoire des voyages de Scarmentado de Voltaire, de Ziméo de Saint-Lambert et de Madame de La Carlière de Diderot. Trois contes du XVIII°, le siècle des Lumières, dans lequel s'inscrivent parfaitement ces trois auteurs. Remettant en cause de nombreux principes et préjugés propres aux Européens de cette époque, ces philosophes bousculent. Lors de leurs publications, ils ont été tour à tour fêtés et contestés. La remise en question est toujours quelque chose de difficile pour l'être humain et ces contes ont fortement... [Lire la suite]
28 août 2011

Le Sabotage Amoureux, Amélie Nothomb

"Aucun quotidien, aucune agence de presse, aucune historiographie n'a jamais mentionné la guerre mondiale du ghetto de San Li Tun, qui dura de 1972 à 1975.C'est ainsi que, dès mon plus jeune âge, j'ai su à quoi m'en tenir quant à la censure et à la désinformation.Car enfin, peut-on trouver dérisoire un conflit de trois années, auquels prirent part des dizaines de nations, et au cours duquel des atrocités aussi épouvantables furent perpétrées ?Prétexte à ce silence des médias : la moyenne d'âge des combattants avoisinait les dix ans.... [Lire la suite]