20 août 2013

L'ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon

  "Je me souviens encore de ce petit matin où mon père m'emmena pour la première fois visiter le Cimetière des Livres Oubliés. Nous étions aux premiers jours de l'été 1945, et nous marchions dans les rues d'une Barcelone écrasée sous un ciel de cendre et un soleil fuligineux qui se répandait sur la ville comme une coulée de cuivre liquide." (Première page) Ok ok ok ok, vous aviez complètement raison, et moi tort d'attendre si longtemps. Ce livre est exactement à la hauteur de sa réputation, qu'une armée de lectrices, pourvues... [Lire la suite]

16 juillet 2013

Inferno, Dan Brown

Je ne sais pas vous, mais moi je ne suis pas une férue de films. Le soir, quand on se propose d'en voir un, soit je fais un truc en même temps, soit je m'en vais, mais rester sans bouger deux heures devant l'écran, je n'y arrive pas. C'est insoluble. Depuis quelques mois seulement, une drôle de maladie. Une envie de bouger, une impression de perdre mon temps. Et pourtant, heureusement, il y a quelques exceptions. Déjà le cinéma. Étrangement, le cadre arrive à faire que je ne m'enfuis pas à toutes jambes, même s'il m'arrive... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 21:14 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 avril 2013

Rue Sans-Souci, Jo Nesbø

"Lorsqu'il ouvrit les yeux le lendemain matin, ses idées étaient sans dessus dessous au milieu de fragments de rêves et d'éclairs de choses dont il se souvenait à moitié. C'était comme si quelqu'un était venu perquisitionner son cerveau en laissant éparpillé ce qui vaut été rangé dans dans tiroirs et des placards. Il vaut dû faire un rêve. Dans l'entrée, le téléphone sonnait sans discontinuer." Au départ, c'était une mauvaise idée. Et il faut dire que j'ai fait plusieurs erreurs concernant ce livre. La première, c'est de ne pas... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 22:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
25 février 2013

Testament à l'anglaise, Jonathan Coe

Les Winshaws sont l'une de ces familles que l'on n'espère ne croiser que dans les romans. De l'arbre généalogique, rares sont ceux qui ne se montrent pas les auteurs de magouilles, d'agissements crapuleux, de fraudes innommables, ou de mensonges éhontés. Prenant essentiellement racine dans les années 1990, le récit s'intéresse davantage à la troisième génération : Tour à tour, ces 6 sangsues à forme humaine, comme les décrira plus tard leur oncle ou père Mortimer, sont mises en lumiere, au cœur de leur routine putride. Il faut dire... [Lire la suite]
25 septembre 2012

Au bonheur des ogres, Daniel Pennac

Je ne choisirais pas Daniel Pennac comme représentant de la richesse, de la douceur, de la subtilité et de l'élégant phrasé de la langue française, certes non, mais assurément comme celui de l'imagination débordante amenant des images toujours plus loufoques à émerger de cette contorsion faite à notre belle langue. On pourrait presque y voir une certaine subtilité à ainsi modeler et fouiller le langage familier pour trouver ses plus beaux composants, à l'agencer pour en extraire des pépites de douce humeur, de bien être à la... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 20:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
23 septembre 2012

Meurtre au Savoy, Maj Sjöwall et Per Wahlöö

Un autre polar suédois. À ce propos, nouveau petit tour à la médiathèque, et nouvelles trouvailles : La Muraille Invisible de Henning Mankell, Le policier qui rit de Sjöwall et Wahlöö, Au bonheur des ogres de Pennac. En avez vous entendu parler ? Des avis ? Il paraît que le Pennac est un peu vulgaire par moment...le Mankell, certes j'en ai lu un, mais j'ai l'impression que ça n'a vraiment rien à voir, ça a l'air très prenant et vif selon les premières lignes. Quand au Sjöwall et Wahlöö, disons que suite à celui que j'ai lu, je ne... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 16:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 septembre 2012

La reine dans le palais des courants d'air, Stieg Larsson (Millénium III)

Je comprends maintenant le succès de Millenium. Au début, il n'était pas évident. Même si l'enquête du premier tome était prenante, son originalité ne permettait pas d'expliquer l'engouement général pour la trilogie. Le tome 2 quant à lui relève plus d'une focalisation sur un personnage précis, à savoir Lisbeth Salander, et d'un perpétuel jeu de cache cache avec les autorités. Même si on en apprend plus sur le personnage, elle reste une ombre et c'est paradoxalement dans ce tome qu'elle est le plus absente. Au contraire, le... [Lire la suite]
20 juillet 2012

La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette, Stieg Larsson (Millenium II)

  Un sentiment étrange en refermant ce polar. Deuxième de la trilogie de Millenium donc. Lu presque immédiatement à la suite du premier, il n'est pourtant pas du tout dans la même lignée, Maggie m'avait prévenue. En effet, il s'agit ici d'une affaire plus interne, en cela que le personnage central de ces 652 pages devient Lisbeth Salander. Si sa singularité n'est plus à démontrer, elle ne fait cependant pas l'unanimité parmi les lecteurs, nombreux certes sont ceux qui l'aime ; en effet, la jeune femme, au physique de poupée... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 18:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
09 juillet 2012

Les hommes qui n'aimaient pas les femmes, Stieg Larsson (Millénium I)

Qui vit dans le monde d'aujourd'hui n'a pu sciemment passer à côté du succès littéraire, médiatique et international de la trilogie Millénium. Ici s'est alors mis en branle, avec génie comme à son habitude, la mécanique bien rouillée et quasi-automatique maintenant de la démonstration pure et simple du caractère grégaire de l'être humain. A savoir, bestseller, premières ventes = redoublement des ventes, vite-il-me-faut-le-bouquin-que-tout-le-monde-s'arrache, véritable ébullition soudaine comparable à la vitesse grand V avec laquelle... [Lire la suite]
18 avril 2012

Les Gommes, Alain Robbe-Grillet

Un roman étrange et singulier, c'est le moins que l'on puisse dire. Les Gommes s'ouvre sur la figure du patron, effectuant machinalement les gestes matinaux dans le café des Alliés, 10 rue des Arpenteurs, dans une ville inconnue. Le Prologue, formé d'une quarantaine de pages, annonce l'affaire : un meurtre a été commis, dans le petit pavillon au bout de la rue des Arpenteurs, non loin du café, seule figure familière pour le lecteur. Le lieu du crime, cossu, élégant dans cette ville assez mystérieuse et triste, deviendra lieu... [Lire la suite]
Posté par -Perrine- à 20:28 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :