imgresLa première fois que j'ai vu ce livre, c'était chez Allie ; et sa critique avait su me tenter ! Le goût des pépins de pomme l'avait conquise, et je me suis dit que cela pourrait être une lecture rafraîchissante pour cet été

La mort de leur mère Bertha va réunir ses trois filles et sa petite-fille Iris pour la lecture du testament à la maison familiale dans le nord de l'Allemagne. A la surprise générale, Iris héritera de la maison. Incertaine quant à la conserver, elle passe quelques temps dans cette vieille bâtisse imprégnée de souvenirs.

J'ai apprécié ce livre, doux et paisible ; mais c'est peut-être cette tranquillité que je lui reprocherais. Car certains passages m'ont paru longs, au détriment d'autres qui auraient pu à mon goût être plus exploités.
Le lecteur suit Iris dans sa découverte de la maison et dans ses souvenirs ; il en apprend plus sur la famille, sur leur histoire et leurs secrets lui sont dévoilés. Tout se fait en douceur et on bascule souvent de la réalité aux souvenirs. 
Iris est une jeune femme paisible et naïve, qui se laisse porter par le long fleuve de la vie. Elle se liera vite avec Max, le petit frère d'une de ses amies, qu'elle retrouvera lors de son séjour dans la maison.  

Dans tous ces souvenirs, Iris nous retrace sa vie au coeur d'une famille essentiellement composées de femmes et nous décrira la vie des deux soeurs Anna et Bertha, de leurs filles, Christa, Inga et Harriet, et enfin de sa propre génération et de son amitié avec Rosemarie et Mia. De nombreux drames ont lieu, de nombreuses joies aussi. La riche vie d'une famille est reconstituée et j'ai aimé m'imaginer tous ces personnages à qui l'auteur a su insuffler un souffle de vie. 

Certaines questions restent en suspend, d'autres trouveront leur réponse à travers des évènements.

On assiste aussi avec tristesse à la lente dégénérescence de Bertha, touchée par la maladie d'Alzheimer. Le thème du souvenir est omniprésent. 

 La maison est vraiment le personnage central du livre et on a parfois de belles descriptions. Chaque place a son souvenir et on imagine Iris se remorant tout cela, sur les dalles chaudes ou dans un fauteuil.

Au final, ce roman m'a plu, il est délicat et touchant mais il n'a pas su m'émouvoir pleinement et je suis un peu restée sur ma faim. Un bon souvenir quand même...

Plaisir de lecture : 7,5/10 

 

La Plume au féminin2