20158098

 J'annonce quelques spoliers sur les deux precédents films. 

 

20166913

Batman va mal. Après le deuxième épisode, c'est un homme reclu chez lui, en proie à des souffrances autant physiques que morales. Après les ravages causés par le joker et Harvey Dent, Bruce Wayne a la sensation d'avoir tout perdu, et pour cause : Rachel, la femme qu'il aimait, n'est plus, la réputation du super héros est définitivement salie au profit de ce fou de Dent. Mais la ville a besoin d'un symbole, d'une figure humaine, d'un nom auquel se référer ; et préfèrera le Chevalier Blanc au Chevalier Noir. Le Batman est donc au placard, et l'homme qu'il a laissé, Bruce, n'est plus qu'une ombre torturée. Cependant, la criminalité n'a jamais aussi bien été maitrisée à Gotham, grâce à la loi Dent. Tout semble aller pour le mieux, et comme le dit si bien un policier, la police n'aura bientôt plus à s'occuper que des inrendus de bibliothèque. Pourtant, Gordon reste sur ses gardes, tracassé par son éternel instinct. Son rôle n'est plus à prouver, c'est donc spontanément que nous faisons confiance au réalisateur pour justifier ses craintes. 

 

20183151

Pour le huitième anniversaire de la mort d'Harvey Dent, la propriété Wayne se prête à la fête : le château offre en effet un cadre de choix pour célébrer, encore une fois, la mémoire de ce prétendu héros. Encore une fois, on l'enfonce un peu plus profondément dans la croyance populaire, en lui fixant définitivement le visage du gentil. Mais à cette réception apparaissent de nouvelles figures qui n'augurent rien de bon. Miranda Tate (Marion Cotillard) fraie toujours pour rencontrer l'intouchable maître de maison, qui ne quitte plus l'aile Est, hantant sa propre demeure. Un contrat avec l'entreprise, sous couvert d'un sujet qui fait grande mode, l'énergie propre, semble la motiver envers et contre tout. Perspicace, intelligente, maligne, on se doute que ses apparitions seront nombreuses. Dans le jardin, revêtue de l'uniforme, Selina Kyle joue à la serveuse. Plus connue sous le nom de Catwoman (Anne Hathaway), son élégance, sa démarche, son regard perçant semblent autant d'armes redoutables qui se retrouveront rapidement face au grand Batman, on n'en est pas sûrs, mais on l'espère. Première confrontation des deux super héros, sous forme humaine, et assez symbolique. Cette voleuse patentée ne laisse rien au hasard et impressionne déjà dès les premières minutes, même si son rôle parait quelques fois caricaturé et tout tracé ;on se doute de bon nombre de ses futurs agissements. Qu'importe, on la suit, on la regarde secouer ce monde devenu immobile depuis 8 ans, et mettre au jour le

20082864

nouveau Méchant, "Bane", espèce de monstre tant sur le plan physique que psychologique...et encore une fois, on ne peut cerner ce personnage, qui laisse pourtant quelques indices. Autant j'eprouvais une sorte de répulsion envers le Joker, véritable malade mental doublé de sadique invétéré, autant Bane me plaît. Plus cartésien, plus "dans le plan", plus charismatique. Tout se mêle, rien n'est laissé au hasard, des situations s'expliquent, des mots et des regards prennent tout leur sens au fur et à mesure. En parlant du plan, l'objectif est toujours le même : détruire Gotham. Un tel acharnement est assez incroyable, surtout que la ville s'est beaucoup assanie. Aussi, en même temps que le but se poursuit, les ombres de ceux qui cherchaient à l'atteindre dans le 1 et le 2 ressurgissent, c'est alors une Mission tellement nourie qu'elle en devient presque divine. De qui seront formés les deux camps ? Le Batman retrouvera-t-il sa force d'antan ? Catwoman se rangerait-elle à ses côté, ou sera-t-elle fidèle à son éternelle neutralité ? Et quelle sera la place de Miranda Tate dans tout cela ? Bane semble bien plus puissant que ses prédecesseurs, et promet de beaux affrontements. Mais au-delà des effets spéciaux, le scénarios est plus profond, et le film est vraiment à la hauteur de son succès.

 

2009271920166915201669232018315320183163

Une histoire contée, mais dont les morceaux sont sans cesse reprisés, offrant un patchwork des plus déconcertant, est la véritable clé qui annonce le fin mot de l'aventure. Une histoire qui recoupe le présent, explique le futur, une sorte de fil rouge qui traite de tous les themes chers à cette trilogie : peur, contrôle de soi, vengeance, rage, obscurité et lumière. Les rebondissements sont saisissants, les rôles inversés, les masques tombent, les regrets pointent, les yeux du spectateur bon public continuent de s'écarquiller (mon cas)

20090660

Certains continuent de planer, d'autres sont vite éliminés, d'autre encore changent de camp ou révèlent leur véritable nature, c'est un véritable balet machiavélique que nous offrent les différents personnages, qui a pour conséquence de laisser le spectateur désemparé plus d'une fois. On ne sait plus à qu l'ont peu accorder sa confiance, à qui on peut irrémédiablement la retirer, s'en est frustrant, s'en est splendide
Ici encore de nombreuses questions d'ordre éthiques sont soulevées, des way of life critiqués, des attitudes dénoncées, des revers de fortune qui forcent l'humilité. Niveau de vie, société, relations, mort, espoir, tout est balayé, plus ou moins subtilement, mais toujours d'une meme manière : tout est imbriqué, inextricablement lié, comme à l'intérieur de chacun; et il suffit de toucher à une corde pour tout ébranler. Les points faibles sont durement exploités pour essayer de faire tomber l'ennemi, et aux poings ravageurs succèdent les gifles verbales. 
Le Batman ne se relèvera pas aussi facilement, à la différence des autres super héros, ce qui explique la longueur du film (2h44). La chute d'un tel symbole met d'autant plus sa renaissance, ses efforts et ses victoires en exergue. 

Au final, je pense que je n'étais pas prête pour le 2...mais tout à fait pour le 3 ! Je l'ai vraiment plus aimé, il n'est pas "trop" explosif, même si les armes à feu sont savamment déployées, les combats fréquents, tout cela n'est pas gratuit et s'intègre parfaitement dans la trame de l'histoire. Les puristes pourraient chercher la petite bête, libre à eux d'ailleurs, il faut toujours être perfectionniste dans sa passion xD. Mais en tant que non-fan, simple spectatrice, et qui plus est très bon public, c'est pour moi une réussite du genre.
Parmi les super héros, Batman est à part pour moi. Bien plus noir que les autres, il a plus souffert, il semble s'etre plus battu, tout semble plus sombre. A voir et à revoir pour en comprendre tous les rouages. En matière de super héros, Iron man 3 doit bientôt sortir...un bon divertissement en perspective, plus léger sûrement.

20121065