imgres

Première phrase : "Tout a commencé quand mon père n’a pas voulu voir le Dernier Lapin, et s’est terminé dans quand je me suis retrouvé englouti par une plante carnivore. Ce n’est pas vraiment ce que j’avais envisagé pour mon avenir: j’avais plutôt espéré épouser une Sang de Bœuf pour rejoindre la lignée dynastique. Mais c’était il y a quatre jours, avant que je ne rencontre Jane, que je récupère le Caravage et que j’explore Haut-Safran. Ainsi donc, au lieu de savourer les aspirations à l’ascension chromatique, j’étais totalement immergé dans la soupe digestive d’un yataveo. Tout cela était profondément désagréable."

(Ça donne le ton !! )

A l'ère (tyrannique) de la Chromacratie, depuis le Truc-Qui-S'est-Passé, les Précédents (nous pouvons deviner qu'il s'agit de nous) ne sont que source de légendes et les Règles régissent le Collectif (l'ensemble des habitants), suivant la Parole de Munsell (une espèce de Gourou suprême ne laissant derrière lui que ses règles perfides et oublieuses d'un passé que 'on aurait aimé révolu). Les habitants ont la particularité de posséder des yeux surprenants, dont la pupille ne forme qu'une tête d'épingle, l'accomodation et la vision nocturne ne sont plus possibles. Ce sont ces mêmes yeux, ce qu'ils perçoivent, et leur système neuronal totalement trafiqué qui sont à l'origine d'une hiérarchie comme on en voit dans beaucoup de films et romans futuristes : ce classement suit le Spectre de couleur : vous ne percevez que la composante rouge des objets, vous êtes Rouge, comme notre héros Edward Rousseau. Idem pour le bleu et le jaune. On classe également les teintes Verte, Pourpre et même une couleur supérieure, une sorte de violet. Des droits, et pas mal de devoirs, voilà ce qu'assènent les Règles aux Chormatiques, c'est à dire ceux qui voient de la couleur. Mais comme dans toute histoire, il y a une classe réprimée, traitée comme des esclaves : les Gris. Ce roman a en fait le titre anglais de Shades of Grey. Les Gris vivent en dehors de la ville, qui bien souvent, et comme les habitants, se voit nommée en rapport avec la couleur (cette lecture vous fera voir les couleurs différemment à force des les citer !!) : Jade-sous-limon, Carmin Est, Haut-Safran, Émeraude, la péninsule de Pain de Miel etc. Les noms sont souvent assez peu imaginatifs mais facilitent la compréhension : fuschia, DeMauve, Cramoisi, Ocre, Canari. Les Gris n'ont que leur prénom et leur adresse comme patronyme.

moustikette-3moustikette-4moustikette-5moustikette-7s

"Règle 9.3.88.32.025 : Le concombre et la tomate sont tous deux des fruits. L'avocat est une noix. Pour faciliter les compléments alimentaires des végétariens, le premier mardi de chaque mois, le poulet est officiellement déclaré un légume."

Comme l'on s'en doute, c'est tout un monde à découvrir et à maîtriser pour ensuite véritablement plonger dans l'histoire, l'intrigue, celle qui rapprochera notre Eddie, promis à un avenir coloré et ambitieux, à une Grise impétueuse et maligne, Jane. Les pages seront nombreuses avant un véritable rebondissement, avant d'effleurer quelques vérités, mais l'on en sait gré à l'auteur, car le début est bien fastidieux, car Eddie, même si la ville de Carlin-Est est nouvelle pour lui, découvre peu a peu un monde dont il connaît déjà les bases, perdant le lecteur à quelques reprises. Il n'empêche qu'il se montre bien souvent un brin demeuré et qu'il ne remet jamais en cause les règles même si quelques questions lui traversent souvent la tête, signe qu'il saura se montrer perspicace ! Pour cela, il faut attendre Jane et son nez retroussé...

Pour tenter de vous donner une petite couleur de ce roman (désolée, je suis en monde 'chromatique' x) ), et aller directement à une définition un peu plus globale de leur monde, on peut commencer comme cela : Par une série continue de Bonds en Arrière, le Collectif efface peu à peu les connaissances, en interdisant certains outils, passant sur l'enseignement de certaines notions etc, et qui dit ignorance du peuple, dit contrôle. "Il apparut que tout ce qui concernait le Collectif était aberrant. Nous devrions consacrer nos vies à acquérir des connaissances, et non à les perdre."  Ainsi des connaissances aussi rudimentaires que la course de la Terre autour du Soleil, les étoiles, sont ignorées et les habitants conservés dans un degré d'ignorance inimaginable.

"Le connu avait été si longtemps éclipsé par l'inconnu que la confusion d'esprit était une compagne familière."

moustikette-1moustikette-2moustikette-8moustikette-10s

L'idée des mérites, cette espèce de monnaie qui traduit aussi le 'savoir vivre' des habitants, est intéressante, car elle est ambigüe ; cette monnaie donne des droits, notamment celui de se marier, mais ouvre aussi la voie au Reboot, c'est à dire à la 'reconfiguration' de l'individu...assez mystérieux, les spéculations vont bon train ! Et bien sur les arnaques en tout genre pour s'en procurer regorgent d'imagination !

"Le jeune chef de gare, qui portait une Tache Bleue sur son uniforme, se mit à réprimander le conducteur parce que le train avait une minute de retard et qu'il allait être obligé de rédiger un rapport. Le machiniste rétorqua que, puisqu'il n'y avait pas de différence matérielle entre un train qui atteignait une gare et une gare qui atteignait un train, la faute incombait également au chef de gare, ce à quoi celui-ci répondit qu'il ne pouvait être tenu pour responsable car il n'avait aucun contrôle sur la vitesse de la gare. A quoi le conducteur du train répliqua que le chef de gare pouvait en contrôler l'emplacement, et qu'il suffirait que la gare soit mille mètres plus proche de Vermillon pour que le problème soit résolu. A cela, le chef de gare répondit que si le conducteur n'acceptait pas de reconnaître sa responsabilité dans le retard, il déplacerait la gare encore mille mètres plus loin de Vermillon, de sorte que non seulement le machiniste serait en retard, mais qu'il le serait de façon déméritable."

_fluffybunniesmoustikette-6moustikettepsychokamis

Quel terrain rêvé pour calquer nos propres interrogations actuelles et répondre à des questions d'ordre éthique qui se posent aujourd'hui. Oui il faut être prévenu que ce roman est quelque peu cousu de fil blanc, même si quelques rebondissements l'egayent. Mais pas de craintes, ne partez pas, voici un argument de poids (en parlant de poids, je vous préviens, les 640 pages de ce pavé se lisent très vite) : ce monde est délicieusement déjanté, farfelu, mais sans être dénué de sens. Les personnages sont agréables, ou génialement horripilants, le cadre est évolutif, et la situation n'est jamais statique. On s'identifie très bien au héros, on le suit ou en tout cas on essaie au début, et c'est un voyage tout simplement détendant et savoureux que nous offre Jasper Fforde ! Les informations arrivent en masse, et sont généralement très originales, si bien que pas un instant vous ne vous ennuierez.
Venez découvrir les Swatcheurs au travail surprenant de guérisseur par flashes de couleur, le terrible yataveo ou plante carnivore depuis le ventre duquel Eddie commence son histoire, parcourez la Perpétulite, sorte d'autoroute aux multiples secrets, discutez avec l'Homme Apocryphe, ou celui dont l'existence se traduit par une sociabilité proche du zéro puisque tout le monde doit l'ignorer conformément aux règles, mais évitez les saletés de Gommeguttes, les deMauves et autres familles qui pourraient vous donner l'envie irrépressible de, à l'instar du héros, vous planquer vite fait bien fait dans le placard à balai... suivez les conseils avisés de Jane, cette fille arrogante qui n'a pas la langue dans sa poche quand il s'agit d'insulter un supérieur, et fait preuve d'une ingéniosité sans faille lorsqu'il faut nuire à un Chromatique vaniteux...Visitez Carmin-Est et son Jardin Coloré, le seul endroit où vous pourrez percevoir des Couleurs (synthétiques), grâce au réseau CMJ, même si la pelouse tire un peu sur le bleu...et faites donc une pause à l'Homme tombé, les scones y sont délicieux ! Bavardez avec les habitants, en faisant preuve de déférence face à un supérieur dans le spectre, écoutez les ragots qui se dispersent par les radiateurs, et ne soyez pas trop rebutés par les arrangements de mariage en vue d'une ascension chromatique, ils sont malheureusement monnaie courante...bref, tentez de vous familiariser un peu (oui, on est autant bombardé d'infos dans le roman, mais c'est très agréablement déroutant) ! Et si vous êtes courageux, suivez Eddie dans les pas de Jane, celle-ci sait bien des choses que les autres n'osent imaginer ...mais acquitez-vous sagemment de vos Obligations Civiques et autres Tâches Utiles, et surtout prenez bien garde de rentrer avant le couvre feu sans quoi vous serez déclaré Perte de Nuit et les prévôts, habitants suffisants et vaniteux qui n'hésitent pas à s'inviter chez vous pour avaler les trois quarts de votre repas en vous r!egardant vous incliner, ne sont guère enclins aux missions de secours...généralement vaines !!

shades_of_greysource

"C'est assez troublant de devoir soudain réexaminer tout ce qu'on a pu tenir pour acquis, de modifier sa perspective à la lumiere de nouvelles connaissances, et de prendre conscience que tout ce qu'on avait pris pour la vérité et la justice n'était en fait qu'une fiction élaborée."
Si vous aimez ce genre de roman, vous allez juste vous régaler. Le gros plus de ce livre, c'est son originalité !!

"Je t'avais prévenu, murmura Jane. Tout a l'air merveilleux, mais derrière la porte, un incendie fait rage. Je suis désolée, mais si nous voulons courir ensemble avec des ciseaux (tenter, enfin, de faire bouger les choses), tu vas devoir ouvrir cette porte et sentir la chaleur sur ton visage. Peut-être même te brûler un peu, et avoir quelques cicatrices."

Vivement la suite !!

imgres-1imgres-2imgres