imgres... composés de Histoire des voyages de Scarmentado de Voltaire, de Ziméo de Saint-Lambert et de Madame de La Carlière de Diderot.

Trois contes du XVIII°, le siècle des Lumières, dans lequel s'inscrivent parfaitement ces trois auteurs. Remettant en cause de nombreux principes et préjugés propres aux Européens de cette époque, ces philosophes bousculent. Lors de leurs publications, ils ont été tour à tour fêtés et contestés. La remise en question est toujours quelque chose de difficile pour l'être humain et ces contes ont fortement critiqué le monde du XVIII° et ses moeurs. Mais aujourd'hui encore, ces textes peuvent se révéler d'actualité...

Les trois questions que pose l'édition (et visibles en 4° de couverture) sont très vraies et présentent tout à fait ces contes : 

"Les hommes peuvent-ils vivrent ensemble sans se déchirer ?

La différence entre les peuples justifie-t-elle que certains d'entre eux exercent leur domination sur les autres ?

      Vaut-il mieux se fier à l'opinion publique qu'à sa propre raison ?" 

 

HISTOIRE DES VOYAGES DE SCARMENTADO, Voltaire

 Où l'on suit Scarmentado à travers son voyage dans le monde : en Italie, en Angleterre, en France, en Espagne, en Turquie, en Perse, en Chine, en Inde ; aucun pays n'est dispensé de critique : que ce soit la politique ou la religion, Scarmentado, déçu ou horrifié, s'en va vers de nouvelles contrées. A travers des anecdotes drôles ou graves, Voltaire nous brosse un portrait peu flatteur du monde de son temps. Entre souverains tyranniques et conflits entre religions ennemies, mauvaise interprétation et moquerie mal-placée, Scarmentado subira les conséquences de son impertinence ou de sa naïveté. Il se rendra compte de la quiétude d'une vie simple, et de l'absurdité des fautes dites graves à la cour de France. Tout est relatif ; heureux est Scarmentado qui peut comparer ces moeurs et se satisfaire de son existence.

 

ZIMEO, Saint-Lambert

A travers l'exemple d'un "Nègre", l'auteur nous interroge sur l'esclavage. Des réflexions très modernes et extrêmement intéressantes, qui peuvent encore aujourd'hui se montrer d'actualité et lutter contre le racisme. 

 

MADAME DE LA CARLIERE, Diderot

Deux protagonistes nous révèlent une partie de la vie mouvementée du chevalier Desroches. L'un se base sur les commérages publiques ; l'autre sur les faits. Confrontant leur point de vue, ils offrent au lecteur un dialogue enlevé et quelques fois cynique ; en effet, le second, absent durant toute l'affaire, n'a eu d'échos que par la cousine de madame de la Carlière, la "victime" de Desroches. Se moquant par moments des tournures de phrases ou des situations, il interrompt régulièrement le premier -pour notre plus grande joie. Il donne au récit un ton léger pour un sujet grave de l'époque : le libertinage et l'adultère. L'importance des rumeurs est aussi dénoncée ; la fin du récit nous le prouve ! "car le point important n'est pas de savoir, mais de parler". La cour est un spectacle que le peuple observe avidemment ; et au moindre écart, chacun y va de sa version et déforme l'histoire pour la rendre à son goût. Tantôt l'on plein Untel tantôt Unetelle... une fois l'affaire éclipsée, la voilà classée...

 

Bref, le bon vieux livre qu'on lit au lycée ^^' mais je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus sévère et ennuyeux. En fait, j'ai trouvé ça très intéressant et enrichissant. Je pense que je les relirai, car il y a beaucoup à apprendre de ces petits contes.